0

Anomie – le mal de l’infini

Effacement des normes, débilitation des valeurs, sentiment associé d’aliénation et d’irrésolution, dilution de l’ordre social, fragilisation de la régulation de la société sur l’individu. Peur, insatisfaction, suicide (tranquille, Emile). Dissociation entre fins culturelles (souhaits, attentes des individus) et normes (qui prescrivent les moyens permettant d’atteindre ces fins), accès aux moyens mal réparti, affaiblissement de la relation entre fins et moyens (Robert K Merton). Pluralisation : relativisation des moyens culturels ? Insécurité individuelle et collective, individualisation, désintégration sociale ?

« L’anomie, pour Guyau (Esquisse d’une morale sans obligation ni sanction, 1885), est créatrice de formes nouvelles de relations humaines, d’autonomies qui ne sont pas celles d’une référence à des normes constituées, mais ouvertes sur une créativité possible. Elle ne résulte pas, comme chez Durkheim, d’un trouble statistique, elle incite l’individu à des sociabilités jusque-là inconnues – dont il dira que la création artistique est la manifestation la plus forte. » (Jean Duvignaud) – pour Hayek pareil. Un libertarien ?

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *